20.02.2015 / Article / Economie /

La défiscalisation des allocations familiales: un milliard pour l’économie

Le Comité «Non à l’initiative des familles» n’y va pas de main morte. Il cherche à semer le doute sur l’honnêteté des entreprises et des travailleurs en cas d’acceptation de l’initiative du PDC sur la défiscalisation des allocations familiales. Ne sachant plus comment semer la peur, ce Comité écrit que «l’employé souhaitera payer moins d’impôt et l’employeur moins de charges sociales», ce qui, selon sa démonstration, engendrera une baisse du salaire compensée par une augmentation égale de l’allocation. Aux dépens de qui? Du fisc, de l’AVS, de l’AI, de l’APG, de la caisse de pension et de la caisse de chômage. Autrement dit (ce que ne précise pas le Comité) du système social dans son entier avec, au bout du compte, la mise en péril de l’avenir des employés. Tenir un tel raisonnement, c’est prendre les employés pour des imbéciles et les patrons pour de sinistres profiteurs.

Le PDC neuchâtelois veut croire que ce Comité n’est pas représentatif des entrepreneurs. En cas de oui, les familles et l’économie seront effectivement toutes deux gagnantes mais pour une tout autre raison, honnête et purement économique celle-ci. Aujourd’hui, les familles reçoivent de leurs entreprises environ 5 milliards de francs par an sous forme d’allocations. Le fisc leur soustrait un milliard. La défiscalisation permettra aux familles d’utiliser ce milliard dont elles ont grandement besoin pour satisfaire aux exigences de la vie quotidienne.

Le milliard de francs récupéré, les familles ne vont pas le déposer à la banque. Il leur reviendra comme un accroissement de leur pouvoir d’achat, cela au profit des commerces locaux et donc, en définitive, de l’économie… qui retournera une partie de ses profits à l’Etat, sous forme d’impôt. En outre, nombre de familles, vu la baisse de leur revenu fiscal, pourront bénéficier de subsides à la caisse maladie et de conditions plus favorables au placement de leurs enfants dans une crèche.

Autrement dit, voter OUI le 8 mars à l’initiative du PDC sur les allocations familiales, c’est opter pour le bien-être des familles et pour le développement de notre économie sans risquer de mettre l’Etat en difficulté.

Contact