05.02.2015 / Article / Santé / ,

HNE – Rappel des propositions du PDC

La récente décision du Conseil d’Etat de suspendre les investissements sur l’hôpital de La Chaux-de-Fonds a provoqué une forte émotion et une très vive réaction dans les Montagnes neuchâteloises. Un Comité pour le respect de la démocratie, représentant la diversité des partis politiques, s’est rapidement constitué pour exiger de l’exécutif cantonal qu’il revienne sur sa décision.

Pour le dit comité, le Conseil d’Etat «remet directement en cause la répartition des missions votée par le peuple neuchâtelois le 24 novembre 2013, à 62%. (….) La souveraineté populaire et la crédibilité de nos institutions sont en danger! Nous ne pouvons tolérer que les droits démocratiques soient ainsi bafoués. (…) Nous ne pouvons tolérer une politique différenciée entre le haut et le bas du canton – remettant en cause le principe de la cohésion cantonale.»

Annoncée sans préalable, la nouvelle de la suspension des investissements a, il est vrai, fait l’effet d’un coup de tonnerre dans un ciel bleu. Et pas seulement dans les Montagnes. Pour l’heure, le Conseil d’Etat n’a pas encore répondu aux citoyens du haut. Il s’est contenté d’expliquer, lors de son annonce, que les investissements nécessaires à l’hôpital de La Chaux-de-Fonds dépassaient largement – trop largement – le montant annoncé en automne 2013, et que, pour entrer dans les moyens financiers de notre canton, le projet présenté et accepté en votation devait être revu.

Le PDC neuchâtelois estime que, si la différence entre les chiffres cités dans la campagne en vue de la votation du 24 novembre 2013 et le montant correspondant à la réalité d’aujourd’hui est aussi énorme qu’il le dit (plusieurs dizaines de millions de francs), le Conseil d’Etat est en droit de s’accorder un temps de réflexion. Une réflexion qui ne peut pas se limiter au coût mais qui doit répondre avant tout aux besoins fondamentaux actuels et futurs d’un hôpital (unique ou multisite).

A ce sujet, le PDC neuchâtelois avait déjà émis, en 2006 et en 2008, des avis qui gardent toute leur actualité. Et qu’il défend encore aujourd’hui. Voici des extraits de ses communiqués d’alors:

Le PDC neuchâtelois pour un hôpital « A » unique au centre du canton – 2006

Réponse du PDC à la consultation sur le Plan d’action de l’hôpital neuchâtelois – 2006

Hôpital neuchâtelois: il faut reprendre la réflexion – 2012, communiqué de la commission politique du PDC sous la présidence de feu Dr Raymond Traube