02.10.2017 / Communiqué / / , ,

Démission du conseiller communal Arni: Et maintenant ?

Communiqué du PDC ville de Neuchâtel

Le PDC ville de Neuchâtel a pris acte de la démission du conseiller communal Olivier Arni. Regrettable sur le plan humain, cette décision est marquée du sceau de la clairvoyance, une clairvoyance dont nous aurions souhaité que M. Arni fut doté le 29 juin 2016.

La situation était devenue intenable, voire néfaste, pour Olivier Arni porteur de projets pour la ville et ses quartiers car certains de ceux-ci risquent d’être combattus, tant par le Conseil général que par la population, lors de référendums éventuels. Ces derniers auraient alors été plus des votes contre le conseiller communal lui-même que pour ou contre le projet. Pour cette clairvoyance politique, le PDC remercie M. Arni.

L’annonce du départ de M. Arni ne règle pas tout, loin de là. Dans l’interpellation urgente déposée en juin dernier, notre groupe Vert’libéraux/PDC posait 11 questions au Conseil communal, dont celle-ci:  » La Confédération proscrit même la simple appartenance de tout employé d’un office fédéral à des conseils d’administration ou de toute entité subventionnée par ce même office. N’y aurait-il pas lieux d’adopter la même bonne pratique sur le plan communal ?  » Pour le PDC, la réponse est claire et nette: bien sûr que oui et le plus rapidement possible si nous ne voulons pas un nouveau gâchis humain et d’image ne se reproduise.

La question de la succession se pose une nouvelle fois. Pour le PDC, la succession au Conseil général ne pose pas de problème avec le ou la vient-ensuite, alors que, pour le Conseil communal, ce système n’est pas bon. Comme nous le préconisons depuis 2012, la population doit avoir son mot à dire. Nous demandons qu’en cas de vacance au Conseil communal en cours de législature, le nouveau conseiller ou la nouvelle conseillère soit élu-e lors d’un scrutin majoritaire. Le système actuel, le proportionnel, place automatiquement le ou la vie-ensuite comme élu, ce qui correspond rarement à la volonté des citoyens.

Contact