05.04.2017 / Communiqué / Politique des institutions et droit / ,

Elections cantonales – Le PDC face à ses responsabilités.

Le PDC a été déçu d’apprendre qu’il n’y aurait pas de 2ème tour à l’élection du Conseil d’Etat au motif que ni le PLR, ni les Verts, ni l’UDC, ni le POP ne prendraient le risque de présenter un candidat.

En agissant ainsi, les partis cités ont avalisé la reconduction de l’équipe gouvernementale actuelle par un procédé que le peuple ne peut que réprouver.

Face à cette situation, le PDC a hésité à proposer la candidature de M. Vincent Martinez vu le score particulièrement honorable qu’il a obtenu.

Ce n’est que la perspective de la dépense liée au 2ème tour qui a finalement dissuadé, plus M. Martinez que son parti, de poursuivre la bataille.

Le PDC mesure la frustration de la population qui se demande pourquoi elle s’est déplacée pour voter.

Il mesure aussi l’extrême faiblesse de la légitimité des élus dont les scores par rapport à l’électorat cantonal ne représentent que 16% pour le mieux élu (M. Karakash) et que 13% pour le moins bien élu (M. Laurent Kurth).

Le PDC prendra des initiatives pour contribuer à améliorer le fonctionnement des institutions publiques.

Il se félicite de l’élection d’un 2ème député au Grand Conseil.

La députation du PDC entend garder une liberté de vote dans les débats et décisions à venir notamment en raison de l’équilibre instable entre la droite et la gauche au Parlement.

Enfin, alerté par la situation financière catastrophique du canton et l’opacité qui caractérise les comptes, s’agissant de l’utilisation de l’argent public dans diverses institutions, le PDC a lancé une initiative pour la création d’une Cour des comptes dans le canton de Neuchâtel, publiée dans la feuille officielle cantonale du 31 mars 2017.

Il invite la population à signer massivement cette initiative.

Contact